Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/01/2012

.....

Mamie se baladait de sa maison de retraite à l'hôpital depuis plusieurs mois, elle avait le staphylocoque doré et j'étais la seule autorisé à entrer dans sa chambre avec une blouse, des gants, un masque et interdiction de l'embrasser et lavage de mains systématique après ma sortie de la chambre....elle était en isolement.Elle avait quelques jours de rémission et puis des rechutes.Cependant elle a toujours eue toute sa tête.

Elle trouvait encore le moyen de m'amuser...elle avait beaucoup de difficulté à parler, l'infirmière lui a dit un jour : "Madame vous êtes rebelle" et mamie de répondre, "à ça oui je suis rebelle et ma petite-fille aussi, elle est comme moi!!!".

Elle refusait de s'hydrater si elle n'avait pas de sirop de citron, alors l'hôpital lui en mettait un peu...oui, mais voilà, ce n'était pas le même que le mien!Donc, j'ai fais une grande réserve de sirop de citron.

Elle avait aussi beaucoup de mal à déglutir, tout les aliments qu'elle recevait était moulinés...un jour elle m'a confié qu'elle aurait aimé pouvoir manger du poulet...c'est vrai, on ne mesure pas assez souvent la chance que l'on a d'être en bonne santé.Elle avait des envies de chocolat blanc alors je lui dénichais des mousses au chocolat blanc, des envies de flan que j'arrivais à lui faire manger...oui, avec les autres cela ne fonctionnait jamais, sauf avec moi...elle était cabocharde!

Les enfants lui manquait, c'est ainsi que je l'ai vu craquer pour la première fois depuis sa maladie...elle souhaitait partir "maintenant que les enfants étaient grand"....j'ai prié pour qu'elle est une mort rapide...c'était son souhait pas le mien.

Deux jours avant son décès, j'ai été la voir en maison de retraite...j'ai compris tout de suite qu'elle allait mourir, comme cela intuitivement...je l'ai regardé fixement pour graver son regard dans ma mémoire, afin de pouvoir y retourner plus tard...elle savait car elle m'a demandé de prendre son alliance sertie de diamants que lui avait offert papi.Je l'ai remise à maman....Je me suis éloignée pour pleurer...elle était digne et je voulais l'être aussi, ce moment fût très important pour moi car c'est sans doute le seul instant avant des mois que j'accepterais l'idée qu'elle allait nous quitter.

Le lendemain matin la maison de retraite me téléphone pour me dire qu'elle est hospitalisé de nouveau et dans la soirée on m'informe que son pronostic vitale est engagé.Je suis aller la voir à minuit, elle faisait une septicémie....je suis restée près d'elle, puis elle m'a montré du doigt sa joue afin que je l'embrasse,comme un signe d'adieu.Malade ou pas je l'ai quand même embrassé.J'ai pensé à tous ceux qui étaient atteint du sida dans les années 1980...

Je suis rentrée, j'ai posé le téléphone sur ma table de nuit et j'ai attendu....

9h15 pétante, mamie tu peux vérifier, je me suis réveillé à l'instant même ou tu rendais l'âme!Je me suis dit tiens pas d'appel, mamie me fait encore un coup de bluff, elle a tenue bon.

9h30 je téléphone de suite à l'hôpital, le médecin me dit " Madame, j'allais vous joindre, vôtre grand-mère nous a quitté il y a un quart d'heure".

J'ai cru que j'allais imploser, j'ai lâché le combiné et j'ai hurlé: "Elle n'avait pas le droit de me faire ça , elle m'abandonne", " Qu'est ce que je vais devenir sans elle".Et là, néant....état de choc....

J'ai demandé qu'elle étaient les formalités a l'hôpital et l'on m'a conseillé d'apporter des vêtements.Une infirmière m'a demandé d'entrer et là je me suis retrouvée confronter à un corps recroquevillé, une vision épouvantable, ce n'était plus ma grand-mère...qu'elle délicatesse de m'avoir demandé avant si je souhaitais entrer et surtout de m'expliquer comment j'allais la voir!Parce-que très honnêtement si s'était à refaire...je n'y serais jamais aller.Cela m'a vraiment traumatisé...

Et la dame de continuer sur sa lancée, vous savez on a eu du mal à fermer ses paupières mais là on l'a bandé pour essayer de fermer sa bouche!!!Non mais j'hallucine, ils sont au courant que nous ne sommes pas habitué à voir des morts régulièrement, surtout quand c'est nos proches???!!!Je me revois, assise là, les bras ballants...je ne savais pas ce que je faisais là....je suis restée stoïque.J'ai pensé qu'elle avait une drôle de couleur, immédiatement j'ai fais une association d'idées avec le foie gras...aller savoir pourquoi!En partant je me suis retourné, pour vérifier, pour être certaine qu'elle n'allait pas se réveiller...je n'y croyais pas...

Quelques heures après on m'a demandé de retourner à l'hôpital afin de signer le bon de transport car elle n'est pas décédé dans le département.J'ai dû mettre un quart d'heure avant d'apposer ma signature tellement je sanglotais.La pauvre secrétaire n'arrêtait pas de me passer des kleenex.

J'ai contacté les pompes funèbres...j'étais perdu, je n'y connaissais rien, mamie avait réglé les formalités mais je ne voulais pas qu'elle aille au frigo...j'ai demandé un salon funéraire parce-que moi j'avais besoin de la voir encore.Ils ont fait un travaille remarquable, elle était belle et cela faisait longtemps que je ne l'avais pas vu "si reposé", après avoir passé de long mois fatigué par la maladie.J'ai tout vérifié, même ses ongles, je sais, c'est con...J'ai débarqué avec ma bougie et mes prières chaque jour...mais je faisais tout comme un automate.

Puis est venu le jour de l'incinération, nous n'avions préparé aucun discours....je me suis trouvée "bête".Mon fils du haut de ses douze ans a tenu à lui rendre un hommage spontané.J'ai eue l'impression d'avoir un homme en face de moi.Elle a du être très fière ce jour là....

Moi, j'étais juste dévasté...

Et puis , les cendres...les pompes funèbres m'ont dit que le jardin du souvenir était très bien, je ne savais pas à quoi cela pouvait ressembler.Je ne sais pas, j'imaginais un grand jardin ou chacun pouvait venir se recueillir...en réalité c'est deux mètres carré avec des cendres surperposées les une sur les autres...je suis restée dubitative , c'est là que mamie finissait sa course après 79 ans de vie!

Je crois que ce fût la plus grande épreuve de ma vie, habituellement je rebondis assez vite...mais alors là....je suis resté de long mois dans une sorte de "déni" total.Entre colères et dépression...

Il m'en reste que je ne peux plus avaler de foie gras, j'ai eue peur du noir pendant plusieurs mois, je ne sais pas j'étais angoissé...j'ai mis six mois avant de pouvoir acheter de nouveau du sirop de citron...autant de temps à sortir quelques une de ces affaires et aujourd'hui je suis incapable de regarder les vidéos ou elle apparaît.